Saints et Saintes de notre région

Joseph Vossier ouvre une rubrique Saints et Saintes de notre région avec une première partie sur le martyrs de Lyon et de Vienne


 

SAINT IRENEE DE LYON, IIe siècle



« Église en Europe, la nouvelle évangélisation est le devoir qui t’attend ! Sache retrouver l’enthousiasme de l’annonce. Que l’annonce de Jésus, qui est l’Évangile de l’espérance, soit donc ta fierté et ta raison
d’être ! Avance avec une ardeur renouvelée, gardant le même esprit missionnaire qui, tout au long de ces vingt siècles, en commençant par la prédication des apôtres Pierre et Paul, a animé tant de saints et de saintes, authentiques évangélisateurs du continent européen » (Bienheureux Jean-Paul II)

SAINT IRÉNÉE DE LYON, IIe siècle (suite)


SON ENSEIGNEMENT
Saint Irénée de Lyon, comme on l’a déjà dit, fut un grand théologien en même temps qu’un infatigable évangélisateur, fidèle en tout à la Tradition reçue des apôtres. Il est à l’origine de l’évangélisation de notre région. C’est lui qui envoya chez nous les fondateurs de l’église de Valence, ainsi que nous le verrons plus tard. Poursuivons ici l’examen de quelques points fondamentaux de son enseignement.
La primauté de l’Église de Rome
« C’est avec cette Église de Rome, en raison de sa plus puissante autorité de fondation, que doit nécessairement s’accorder toute église, c’est-à-dire les fidèles qui proviennent de partout. Elle en qui toujours, a été conservée la Tradition qui vient des apôtres » (Livre III, ch.III, 2).
Suit la succession des Évêques de Rome :
- Pierre, Lin, Anaclet,
- Clément, Évariste, Alexandre,
- Sixte, Telesphore, Hygin, Pie,
- Anicet, Soter et Eleuthère régnant au temps d’Irénée (174- 189).

« C’est dans cet ordre et cette succession que la Tradition qui est dans l’Église à partir des apôtres et que la prédication de la Vérité sont parvenues jusqu’à nous. Et c’est là une preuve très complète qu’elle est UNE et toujours la même, cette Foi vivificatrice qui dans l’Église à partir des apôtres s’est conservée jusqu’à ce jour et s’est transmise dans la Vérité (III-III,4).

Le salut offert à tous les hommes
« Suivre le Sauveur, c’est avoir part au salut. A ceux qui le servent et qui le suivent, Dieu procure la vie, l’incorruptibilité et la gloire éternelle. Il accorde ses bienfaits à ceux qui le servent, parce qu’ils le servent, et à ceux qui le suivent, parce qu’ils le suivent ; mais il ne reçoit d’eux nul bienfait, car il est
parfait et sans besoin. Si Dieu sollicite le service des hommes, c’est pour pouvoir, Lui qui est bon et miséricordieux, accorder ses bienfaits à ceux qui persévèrent dans son service. Car, de même que Dieu n’a besoin de rien, de même l’homme a besoin de la communion de Dieu. Car la gloire de l’homme, c ’est de persévérer dans le service de Dieu » (Contre les hérésies IV 14-1).

L’unité de doctrine dans l’Église
Irénée livra, on s’en souvient, un combat impitoyable contre l’hérésie gnostique.
« Chacun d’eux (gnostique) a une doctrine différente puisqu’il reçoit l’erreur selon sa tournure d’esprit. L’Église au contraire à travers le monde entier, elle qui tire des apôtres sa ferme origine, persévère dans une seule et même doctrine sur Dieu et sur son Fils ». Ardent défenseur de la foi, il affirme avec
force : « Cette foi, que nous avons reçue de l’Église, nous la gardons avec soin, car sans cesse, sous l’action de l’Esprit de Dieu, telle un dépôt de grand prix renfermé dans un vase excellent, elle rajeunit et fait rajeunir le vase même qui la contient.

« C’est à l’Église elle-même, en effet, qu’a été confié le ’Don de Dieu’, comme l’avait été le souffle à l’ouvrage modelé, afin que tous les membres puissent y avoir part et être par-là vivifiés ; c’est en elle qu’a été déposée la communion avec le Christ, c’est-à-dire l’Esprit Saint, arrhes de l’incorruptibilité, confirmation de notre foi et échelle de notre ascension vers Dieu : car, dans l’Église, est-il dit, Dieu a placé des apôtres, des prophètes, des docteurs et tout le reste de l’opération de l’Esprit. De cet Esprit s’excluent donc tous ceux qui, refusant d’accourir à l’Église, se privent eux-mêmes de la vie par leurs doctrines fausses et leurs actions dépravées.

« Car là où est l’Église, là est aussi l’Esprit de Dieu. Et là où est l’Esprit de Dieu, là est l’Église et toute grâce. Et l’Esprit est Vérité » (Contre les hérésies III 24-2).
Saint Irénée aime l’Église. Et il exhorte à l’aimer :
« Il faut nous réfugier auprès de l’Église, nous laisser former dans son sein et nous nourrir des Écritures du Seigneur.
Car l’Église a été plantée comme un paradis en ce monde » (V.20-2).
Terminons par cette prière pour l’Église, du début de l’ère chrétienne : « Dieu béni, viens établir ta paix dans ton Église, et par elle dans le monde entier. Rends-la vivante et pure, par la grâce de ta visite. Accorde à tous le pardon de tous leurs péchés, une vraie et profonde réconciliation, la force de résister à toute tentation, et l’amour de tous les frères. »






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP